Archive for mars, 2009

Le test exploratoire

dimanche, mars 29th, 2009

Il s’agit d’une méthode qui consiste à exécuter des tests sans plan de test préalable. La conception des tests se fait au fur et à mesure de l’apprentissage de l’application par le testeur et à partir des manuels utilisateurs ou aide en ligne fourni en même temps que le logiciel à tester.

Les points positifs:

  • Économie de moyen, pas de process lourd
  • Créativité de par la méthode et l’absence de cadre
  • Retour rapide, nombre d’anomalies important
  • Vision utilisateur
  • Adaptabilité
  • Test basé sur l’expérience et l’intuition

Les points négatifs:

  • Nécessite des testeurs expérimentés.
  • Le processus de test débute trop tard, pas de prévention.
  • Pas de couverture d’exigence, certains points peuvent être alors négligés.
  • La pertinence des tests dépend de l’expérience des testeurs.

Dans quels cas utiliser cette méthode:

  • Absence de processus et de structuration, néanmoins il faut une aide en ligne ou un manuel utilisateur à jour.
  • Moyen de retour rapide qui pourrait être utiliser comme « smoke test » avant de débuter un processus de test structuré.
  • En  beta test amélioré avant déploiement sur le terrain pour détecter des problèmes non vus par les équipes de développement.
  • Pour des prototypes ou pilotes qui ne nécessitent pas un investissement en test couteux.

Basé sur l’expérience, la créativité de testeurs confirmés, ce type de test permet de découvrir des anomalies qui échappent à des techniques structurées. En effet les processus de test classiques n’encouragent pas à « sortir des sentiers battus » et imaginer lors des phases d’exécution de nouveaux tests autres que ceux planifiés (pression des plannings, exécutants non expérimentés …).  Il m’a souvent été reproché de passer des tests non prévus, mais comment avec toute la meilleure volonté du monde écrire un plan de test exhaustif à partir de spécifications surtout quand sont abordées les exigences de type non fonctionnelles telles que la robustesse.

Ne faire que du test exploratoire me parait également non suffisant. Le risque est de ne pas tester certaines parties. Tout dépend de la motivation et l’expérience du testeur. S’il quitte la société?

Par contre combiné à d’autre stratégie de type méthodique il est un complément intéressant, puissant,peu couteux et peut s’intégrer à part entière dans le processus de test.

QC 10

mercredi, mars 11th, 2009

HP vient de lancer officiellement la nouvelle version de QC 10. Elle se décline en version starter, Entreprise et premier.

J’en retiens principalement:

  • Des possibilités étendues pour gérer les exigences
  • L’introduction du versionning (exigences, test, données)
  • La possibilité de faire des baselines du projet de test, c’est à dire de faire une photo d’un projet quand tout est figé ce qui évite de recopier des projets d’une version à l’autre.
  • On peut faire des baselines sans faire de versionning
  • La possibilité de gérer plusieurs jeux d’essais par test
  • Une gestion centralisée du reporting et non plus par exigences, plan de test, exécution de test.

L’objectif est de gérer tout le processus de développement de bout en bout, des exigences business à la mise en production.